Scène de couple ordinaire

C’est le soir, il est tard, et les enfants jouent bruyamment. Martin, le père, demande à sa femme,Mélanie, sur un ton cinglant :  » Ne crois tu pas que les petits devraient se calmer ? » ( il pense : elle est trop coulante avec eux).

Mélanie se crispe et répond : « Ils s’amusent. De toute façon c’est bientot l’heure du coucher » (elle pense : voilà il se plaint tout le temps sans bouger).

Martin rétorque agacé : « Veux tu que je les mette au lit moi même tout de suite ? » (il pense : je vais devoir m’occuper de çà tout seul encore une fois).

Mélanie stupéfaite de la colère rentrée de son mari, répond sur un ton plus doux : « Non, je vais m’en occuper » (elle pense : il ne se maitrise pas, mieux vaut céder).

Conclusions

Les conversations parallèles du mari et de la femme sont des exemples de pensées toxiques qui peuvent empoisonner une relation. L’échange émotionnel est modulé par des pensées automatiques, c’est à dire des présupposés sur soi meme et les autres reflet de nos attitudes émotionnelles les plus profondes.

Ces pensées exercent un effet puissant : elles déclenchent le système d’alarme neuronal. Les émotions prennent le dessus et entraînent la personne à se remémorer et à ruminer tous les griefs antérieurs.

Solutions

La survenance de pensées doit faire l’objet d’une interprétation plus bienveillante, en se laissant moins emporter par les émotions.

Il s’agit de privilégier un mode optimiste des situations contrairement au mode pessimiste qui relève avant tout les travers de l’autre : savoir mettre dans la balance les PLUS de l’autre face à ses MOINS :

« Il a mal réagi ce soir avec moi, mais je sais qu’il sait se montrer attentionné très souvent ».

Sachez identifier vos pensées automatiques et repérer les pensées toxiques.

 

sources* : « L’intelligence émotionnelle » de Daniel Goleman

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *