Lucy et le mythe des 10%

IMG_1473

Régulièrement, on entend qu’on n’utiliserait que 10% de notre cerveau, signe que nous les humains on posséderait des capacités neuronales exceptionnelles, sous entendu on peut etre des surhommes, mais malheureusement on n’a pas la recette et nous sommes incapables (des incapables ?) d’atteindre le maximum de notre puissance.

C’est sur cette théorie fantasmagorique que Luc Besson a construit son film, Lucy, sorti en 2014.

Lucy, dans le film, est à 100% : et çà déménage en effet !

Qu’en est il précisément sur le plan scientifique ?

Morne réalité : cet argument repose sur une vieille théorie scientifique du 19ème siècle complètement fausse : non, l’être humain n’utilise pas que 10% des capacités de son cerveau.

Les études modernes du cerveau confirment cette version, notamment avec l’image par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF). En effet, les outils d’imagerie cérébrale montrent que toutes les zones de notre cerveau, sans exception, sont utiles et actives.

Les démentis et arguments scientifiques :

  1. Si 90% de notre cerveau n’était pas utilisé, alors la majorité des lésions cérébrales n’auraient aucun effet. ( Néanmoins, cela est pondéré par le fait que toute lésion, même de taille infinitésimale, peut avoir des conséquences désastreuses pour tout individu).
  2. Si 90% de notre cerveau était inactif, l’autopsie de personnes adultes auraient révélé des dégénérescences massives : ce n’est pas le cas !
  3. La recherche médicale a déjà été confrontée à des personnes dont le cerveau produisait une activité électrique très supérieure à la moyenne : cela n’en a pas fait des super héros ou des surdoués. Au contraire, il a été constaté des cas d’épilepsie !
  4. A l’inverse, un cerveau qui fonctionnerait à 100%, serait en « surchauffe » cérébral.

 

En réalité, quand nous n’utilisons que quelques pourcentages de notre cerveau, cela correspond le plus souvent à un instant donné, en fonction des taches à accomplir : le cerveau active ce qui lui semble nécessaire pour nous !

Conclusion scientifique sans appel :

D’un point de vue évolutif, la théorie des 10% est stupide. Car la Nature n’aimant pas l’inutile, au fil du temps, tout ce qui n’a pas de fonction, est éliminé. S’il n’apportait aucun avantage à notre espèce, jamais un cerveau inutile en moyenne à 90% n’aurait perduré jusqu’à aujourd’hui.

Conclusion personnelle :

On ne peut pas s’empêcher de penser que certains utilisent quand même leur cerveau un peu mieux que d’autres, que certains possèdent quelques pourcentages de plus, alors qu’à l’inverse d’autres en manquent cruellement !

Enfin, la science est probablement là pour nous remettre dans la réalité, mais on a aussi le droit de rêver à la science…fiction.

 

source : revue scientifique Science et Conscience (hors série)

 

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *