6 attitudes spontanées que nous prenons tous les jours

 

H.E PORTER* a décrit 5 attitudes « négatives qui nuisent à l’éclosion du discours authentique (et une 6ème « positive ») :

  • Evaluation 

Dans cette situation, nous prenons une attitude de jugement, en mettant en avant nos propres normes et valeurs, dans le but d’imposer notre point de vue.

La phrase est du style : « J’estime que.. » ou carrément la version courte et agressive : « C’est nul ce que tu dis ».

  • Interprétation

C’est comprendre et traduire à sa façon, les idées ou le comportement de votre interlocuteur. C’est tout simplement : je pense à la place de l’autre.

L’erreur est donc fortement probable, entrainant incompréhension, désintérêt, blocage de la communication, puis agressivité.

  • Décision

C’est une attitude autocratique, qui fait décider de ce que votre interlocuteur doit faire. Cela correspond à lui imposer une relation autoritaire, en le guidant par des conseils et solutions.

Si vous l’écoutez bien, vous l’entendez avec des phrases comme :

« il faut que tu… »  ou « Vous devez », et pour finir le très paternaliste :  « Moi à ta place… »

  • Enquete

C’est une attitude d’intrusion par le questionnement systématique :

« Pourquoi ? Comment ? Où ? »

Cela donne un sentiment d’interrogatoire, qui génère une relation de dépendance. Cette attitude de poser ce type de questions est prise pour faire préciser tel ou tel point qui nous intéresse, sans tenir compte des priorités de l’autre.

  • Soutien

Cette attitude support va limiter l’autonomie de votre interlocuteur.  C’est prendre un air compatissant. C’est soutenir l’autre en dédramatisant la situation ou en cherchant à le consoler. Cela donne l’impression de le prendre en pitié.

A votre interlocuteur qui se plaint d’avoir des soucis, la phrase « support » de cette attitude va etre :  » T’es pas le seul… »

PORTER a décrit une 6ème attitude positive, qui évite de tomber dans l’un de ces 5 pièges, pour aller vers la relation authentique :

  • Reformulation : c’est l’attitude de compréhension

Cela se traduit par une écoute sincère, c’est à dire en attendant que l’autre se soit exprimé, et ensuite reformuler. La reformulation montre la volonté de comprendre le ressenti de l’autre.

Ainsi, cette bonne attitude donne le sentiment d’etre écouté, compris, et respecté.

Exemple :  » Si je vous entends bien, vous pensez que… » ou  » Vous me dites que… »

 

Qui est PORTER ? Un psychologue Américain, né en 1914 et mort en 1987, qui a développé la relation d’aide centrée sur le patient. Ses proches confrères furent Maslow (la pyramide du même nom) et Carl Rogers (la communication non violente)

 

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *